Cup of links #42

Cup of links #42

Cup of Links, chaque dimanche à l’heure du thé, c’est toujours la revue hebdo de nos plus belles rencontres digitales. On compte sur nos lecteurs pour liker, partager, commenter…

Cette semaine…

On s’interroge sur notre quotidien

Le blog cARTlotta de Charlotte Montpezat s’est donné pour mission de décortiquer l’art contemporain pour en proposer des clés de compréhension simples et toujours pertinentes. Au programme, cette semaine : le papier cul

On voit des pigeons roses !?

Pour la biennale de Venise, les artistes Von Bismark et Charrière ont repeint des pigeons de la place St Marc en couleurs fluo. Le résultat est bluffant : rose, vert, bleu, les mal aimés de la famille des Columbidae se transforment en oiseaux exotiques multicolores (via soonsoonsoon.com). Qui a dit que l’habit ne fait pas le moine ?

On se met dans la peau d’un nuage voyageur

« Made of More », c’est le nom de la dernière campagne de Guinness qui vous invite à vivre une expérience insolite. Vagabonder dans les airs pour trouver qui aura besoin d’aide, voilà la mission que la marque de bière assigne à un nuage gentil et replet. Il y a du conte lyrico-écolo dans ce film et un clin d’oeil évident à un livre de Tomi Ungerer, Le Nuage bleu

On rejoint le mouvement

Au menu de la nouvelle campagne d’affichage Suchard : grandiloquence des affiches années 30 + force de l’imagerie de propagande + références guerrières. Un pas de côté pour la marque qui passe (pas moins) de l’individuel au collectif, du plaisir solitaire coupable au principe universel révolutionnaire !


On s’amuse avec le code

Le système des feux de circulation est l’un des premiers codes auquel s’est intéressée la sémiologie. Le gif de Randall Munroe en propose une autre approche…

On joue les chattes de luxe

10 diamants dissimulés sous 10 oreillers de 10 hôtels dans 10 villes européennes, c’est le cadeau que la chaîne Holiday Inn offre à une poignée d’heureux clients pour fêter ses 60 ans d’existence. Un film accompagne cet événement où le spectateur épouse la quête d’un chat dans les couloirs d’un hôtel de luxe, en adoptant son point de vue. Effet réaliste rendu, jusqu’au clignement d’oeil…

On est quelque peu dubitatif

Facebook, c’est comme une chaise : c’est fait pour les gens. Et surtout « chair » (« la chaise ») ça ressemble phonétiquement à « share » (« partager »), et comme on parle d’un réseau social… Ce spot pas mal foutu, pas révolutionnaire et au message un brin neuneu est-il censé donner du sens à la communication de la firme de Mark Zuckerberg qui a bien raté son entrée en bourse ? Ou simplement marquer le coup au moment où le milliardième utilisateur s’est inscrit ? Acordons à Facebook le mérite d’être là où on ne l’attend pas…

On devient ennemi du système

Entre 1984 et Minority Report, le court métrage Plurality, de Dennis Liu nous projette en 2023, à New York. Les empreintes et le code génétique d’un individu lui servent de porte-monnaie, de pièce d’identité, de clé, et l’autorisent à vivre « libre » dans un monde qui sait tout de lui. Ne pas avoir de données unifiées, c’est devenir ennemi du système.

On chante avec Lescop

Le  premier album de Lescop vient de sortir et –  sacrilège ! – il ne contient pas le titre « Marlène » dont le clip est un bel hommage au film Control d’Anton Corbijn (2007), à Ian Curtis, à Joy Division.

On aime être parano avec Carrie

Saison 1 diffusée sur Canal+, saison 2 qui vient de reprendre sur Showtime, consécration aux Emmy Awards (meilleure série dramatique, Damian Lewis et Claire Danes meilleurs acteurs dans une série dramatique) : faut-il encore vous convaincre de suivre Homeland ? L’une des vraies premières séries parano de l’après 11 septembre qui se penche sur l’envers du patriotisme américain et ce jeu de dupes qu’est bien souvent la politique.

Autre série parano à découvrir : Rubicon, dans laquelle le monde est un système de signes qu’il faut apprendre à décoder. Diffusée en 2010 sur la chaîne AMC, elle n’a connu qu’une seule saison, mais magistrale.

À la semaine prochaine !

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Chez Sémiosine, nous concevons la sémiologie avant tout comme un prisme d’analyse pour décrypter les images et les récits qui nous entourent et structurent nos imaginaires socio-culturels.

1 Comment Leave yours

1 Trackbacks

Leave a Reply





Faire le tri dans la profusion des images qui nous interpellent chaque jour et analyser celles qui nous semblent les plus signifiantes, telle est l’ambition de ce blog dédié à la sémiologie de l'image. On y parle publicité, marketing, storytelling, cinéma, séries, design, illustrations, typographie, packagings, transmédia… Une seule envie réunit les différents rédacteurs qui participent à Sémiosine le blog : comprendre un peu plus le monde dans lequel nous évoluons.
Bonne lecture !

Pour la petite histoire...



. Grazia, 11 octobre 2013 : "Attentat à la candeur", de Laureen Parslow.

. Sport&Style, supplément de L'Equipe n°21449, 6 avril 2013 : "Nom d'une griffe", de Claire Byache - article sur les noms made in France

. Le Soir, édition du 13 mars 2013 : "Le Harlem Shake, un carnaval anti-crise ?" de Julie Huon.

. Le Figaro, "Pourquoi le "Harlem Shake" est un phénomène viral", d'Emmanuelle Germain (12/03/2013).

. Sport&Style, supplément de L'Equipe n°21323 : dossier "Made in Swiss", de Claire Byache.

. Okapi n°949 : article "Les reprises, c'est tendance", d'Agathe Guilhem.

. France 3, juillet 2012, interview sur le time-lapse pour le 12/13.