Jobs, une affiche polysémique

Jobs, une affiche polysémique

Des couches de couleurs pour exprimer les différentes facettes de Steve Jobs : c’est ce que propose l’affiche de Jobs, bien différente des affiches de biopic habituelles, et qui fait rimer polychromie et polysémie.

L’homme

Dénuée de ses couleurs, l’affiche de Jobs est la reproduction parfaite de l’une des photos les plus diffusées de Steve Jobs.

stevejobs2

L’homme à lunettes et barbe de quelques jours, incarné à l’écran par un Ashton Kutcher dont la ressemblance avec le créateur d’Apple est saisissante, fixe le spectateur dans les yeux pour mieux l’interpeller – accroche relativement classique pour une affiche de biopic.

Le rebelle

L’affiche est un portrait psychédélique qui évoque les visions produites sous l’emprise du LSD, drogue que Steve Jobs expérimente dans les années 70 et qui confère au récit du personnage un côté rebelle et hors-la-loi.

Jobs psychédélique

Portrait psychédélique de Paul Watzlawick, figure marquante de l’école de Palo Alto

Jobs a conservé cette image de personnage à part, tout au long de sa carrière. Ses biographes s’accordent en effet sur le fait qu’il a toujours été en rupture avec les codes et les usages de l’univers informatique, faisant fi des résultats des études marketing, convaincu de la pertinence de ses intuitions.

L’entrepreneur

Comme le notait le site du magazine Elle, l’affiche fait penser aux couleurs du logo arc-en-ciel d’Apple, utilisé de 1976 à 1998.

jobs logo

L’homme incarne son entreprise, l’entreprise a construit l’homme. L’un et l’autre sont indissociables.

L’artiste

Parce qu’il a imprimé son style à des objets considérés jusque-là sans âme et qui, par la magie des couleurs et des formes, ont contribué à généraliser l’usage de l’ordinateur et des objets numériques, Steve Jobs est souvent qualifié de PDG artiste.

Jobs iPod

Intuitif, obstiné, visionnaire, Steve Jobs est créateur avant tout.

L’icône

L’affiche renvoie finalement aux portraits qu’Andy Warhol a réalisés de Marylin Monroe, Elizabeth Taylor ou encore John Lennon.

Jobs-Lennon

Si, comme le suggère l’équation imaginée par So/Cult, le pop se définit par la rencontre entre le mainstream et le culte. Steve Jobs est une icône pop, Apple une marque pop. A l’instar des objets qu’il a créés, Jobs est lui-même devenu un objet de pop culture, peut-être la première icône pop issue du monde de l’entreprise.

Homme, rebelle, entrepreneur, créateur, icône : à l’époque de ce que Gilles Lipovesky et Jean Serroy appellent « le capitalisme artiste« , Steve Jobs, comme le Pop art avant lui, incarne ainsi parfaitement ce mariage entre argent et esthétisme, standardisation et individualisation des objets, création et partage de valeurs. Consommation et création.

Tags: , , , , , , , , ,

Chez Sémiosine, nous concevons la sémiologie avant tout comme un prisme d’analyse pour décrypter les images et les récits qui nous entourent et structurent nos imaginaires socio-culturels.

1 Comment Leave yours

1 Trackbacks

Leave a Reply





Faire le tri dans la profusion des images qui nous interpellent chaque jour et analyser celles qui nous semblent les plus signifiantes, telle est l’ambition de ce blog dédié à la sémiologie de l'image. On y parle publicité, marketing, storytelling, cinéma, séries, design, illustrations, typographie, packagings, transmédia… Une seule envie réunit les différents rédacteurs qui participent à Sémiosine le blog : comprendre un peu plus le monde dans lequel nous évoluons.
Bonne lecture !

Pour la petite histoire...



. Grazia, 11 octobre 2013 : "Attentat à la candeur", de Laureen Parslow.

. Sport&Style, supplément de L'Equipe n°21449, 6 avril 2013 : "Nom d'une griffe", de Claire Byache - article sur les noms made in France

. Le Soir, édition du 13 mars 2013 : "Le Harlem Shake, un carnaval anti-crise ?" de Julie Huon.

. Le Figaro, "Pourquoi le "Harlem Shake" est un phénomène viral", d'Emmanuelle Germain (12/03/2013).

. Sport&Style, supplément de L'Equipe n°21323 : dossier "Made in Swiss", de Claire Byache.

. Okapi n°949 : article "Les reprises, c'est tendance", d'Agathe Guilhem.

. France 3, juillet 2012, interview sur le time-lapse pour le 12/13.