L’Hermine, de Christian Vincent : un film de fiction(s)

L’Hermine, de Christian Vincent : un film de fiction(s)

On a vu et aimé L’Hermine de Christian Vincent, un film sur la justice, et sur ce pouvoir très particulier qu’ont les humains de (se) raconter des histoires.

L’hermine est ce petit animal dont la blancheur immaculée s’est rapidement vu confier la lourde tâche de symboliser tout autant la pureté que l’innocence, notamment dans le domaine de la justice. Et la justice est précisément le sujet du nouveau film de Christian Vincent – l’hermine du titre renvoyant à la fourrure blanche qui orne la robe de cette figure de l’autorité judiciaire qu’est le président de la cour d’assise.

Fabrice Luchini (Michel Racine) dans « L’Hermine » de Christian Vincent

Ce président, Michel Racine (oui, comme le dramaturge), interprété par Fabrice Luchini, est redouté de ses collaborateurs comme des accusés qui défilent dans son prétoire. Le film commence au début d’une semaine de comparutions. Premier procès en assise : celui d’un jeune homme accusé d’avoir tué sa fille. Parmi les jurés, une femme médecin qui s’était occupé de Michel Racine après un grave accident. Tombé amoureux fou de cette femme, ce dernier n’était pourtant pas parvenu à conquérir le coeur de la dame.

Sidse Babett Knudsen (Ditte Lorensen-Coteret) dans « L’Hermine » de Christian Vincent

Deux intrigues donc, l’une sociale (la justice et ses rouages), l’autre intime (le sentiment amoureux et ses mécanismes), qui se développent tout en finesse. L’intérêt de l’ensemble ne se situe pourtant pas vraiment là, mais bien dans ce que les images ne montrent pas. Un hors champ qui laisse toute sa place à la parole, à sa puissance d’évocation, et par là à un autre type de pouvoir : celui que les hommes ont de raconter et de se raconter des histoires.

Et des histoires racontées, il y en a beaucoup dans L’Hermine : la rumeur qui se propage à partir d’un événement mal interprété ; les récits des témoins mis à mal par la défense ; la description du crime par les personnes impliquées ; les biographies que s’échangent les jurés pour mieux se connaître ; l’écharpe rouge qui permet de s’inventer un personnage ; le sentiment amour qu’on pense partagé… Les faits antérieurs au début du film, qui demeurent invisibles – le crime, le séjour de Michel Racine à l’hôpital, les tentatives de séduction – sont ainsi reconstruits par les paroles de chacun des personnages qui véhiculent une certaine vérité tout en travestissant LA vérité, celle qu’on est censé chercher, celle qu’on ne parviendra pas à trouver, celle qui sans doute n’existe pas.

"L'Hermine" de Christian Vincent

« L’Hermine » de Christian Vincent

Rien de manichéen donc, dans ce film qui n’oppose jamais la vérité au mensonge – enjeu bien plus important pour la justice que l’opposition « bien vs mal », comme le rappelle Michel Racine aux jurés qui doivent décider si l’accusé est ou n’est pas coupable -, mais qui tente au contraire de reconstruire une vérité à partir des vérités et des mensonges de chacun. Et qui finit par suggérer qu’un regard comporte bien plus de réalité que le mot choisi pour l’exprimer, mot qui volontairement ou non ne fera que la déformer un peu plus pour finalement la transformer en fiction.

En bonus : Coup d’oeil sur l’affiche du film

L HERMINE

Pour l’affiche, le distributeur a fait le choix de suggérer les deux intrigues principales, celle de la justice évoquée par la robe que porte Fabrice Lucchini, et celle d’un amour naissant suggéré par ce couple qui regarde dans la même direction. Car comme l’écrivait Antoine de Saint Exupéry : Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction. « 

L’Hermine, de Christian Vincent, avec Fabrice Luchini, Sidse Babett Knudsen, Corinne Masiero…

Tags: , , , , , , ,

Chez Sémiosine, nous concevons la sémiologie avant tout comme un prisme d’analyse pour décrypter les images et les récits qui nous entourent et structurent nos imaginaires socio-culturels.

Leave a Reply





Faire le tri dans la profusion des images qui nous interpellent chaque jour et analyser celles qui nous semblent les plus signifiantes, telle est l’ambition de ce blog dédié à la sémiologie de l'image. On y parle publicité, marketing, storytelling, cinéma, séries, design, illustrations, typographie, packagings, transmédia… Une seule envie réunit les différents rédacteurs qui participent à Sémiosine le blog : comprendre un peu plus le monde dans lequel nous évoluons.
Bonne lecture !

Pour la petite histoire...



. Grazia, 11 octobre 2013 : "Attentat à la candeur", de Laureen Parslow.

. Sport&Style, supplément de L'Equipe n°21449, 6 avril 2013 : "Nom d'une griffe", de Claire Byache - article sur les noms made in France

. Le Soir, édition du 13 mars 2013 : "Le Harlem Shake, un carnaval anti-crise ?" de Julie Huon.

. Le Figaro, "Pourquoi le "Harlem Shake" est un phénomène viral", d'Emmanuelle Germain (12/03/2013).

. Sport&Style, supplément de L'Equipe n°21323 : dossier "Made in Swiss", de Claire Byache.

. Okapi n°949 : article "Les reprises, c'est tendance", d'Agathe Guilhem.

. France 3, juillet 2012, interview sur le time-lapse pour le 12/13.