Cup of links #57 : tendances séries

Cup of links #57 : tendances séries

The Following, Mr. Selfridge, Vikings, The Carrie Diaries…Tendances, débats, génériques, stratégies de communication… L’actualité riche de ce début d’année 2013 nous a donné envie de consacrer cette Cup of links aux séries télévisées. On compte toujours sur vous pour liker, commenter, partager !

Du film à la série

La tendance se confirme : de plus en plus de films sont adaptés en série à la télévision. Jusqu’à présent, le film semblait l’aboutissement naturel de séries à succès comme Mission Impossible, Les Mystères de l’Ouest, Sex and The City ou encore 21 Jump Street. Aujourd’hui que les séries mènent le monde du divertissement à la baguette, l’inverse est de plus en plus fréquent : The Firm l’année dernière, tirée du film La Firme de Sydney Pollack (1993) avec Tom Cruise (adapté du roman de John Grisham, qu’on retrouve au générique de la série) ; Bates Motel, préquelle de Psychose d’Hitchcock (1960), ou encore Hannibal, préquelle du Silence des Agneaux de Jonathan Demme (1991), cette année ; Zombieland enfin, prochainement (qui deviendrait en outre la première série produite par Amazon… ) et Bad Teacher. Les rapports se font donc de plus en plus ténus entre les deux genres, à tel point que Jean-Pierre Esquenazi a pu intituler son dernier ouvrage publié en 2012 « Les séries télévisées, l’avenir du cinéma ? »

Aux origines de la légende

En parallèle, une autre tendance se dessine en ce début d’année 2013 :  certaines des séries citées ci-dessus et quelques autres comme The Carrie Diaries vont explorer les origines des mythes populaires que sont Norman Bates, Hannibal Lecter ou encore Carrie Bradshaw, l’héroïne de Sex and the City. La préquelle, jusque-là plutôt cinématographique, a visiblement de beaux jours devant elle à la télévision…

On pourrait rapprocher cette tendance de celle des séries historiques (Dowtown AbbeyTitanic, Blood and Steel), produites, notamment, par la télévision anglaise. L’année dernière, par exemple, la BBC diffusait The Paradise, adaptation du roman d’Emile Zola, Au Bonheur des Dames ; en janvier, ITV la concurrence avec Mr. Selfridge, série inspirée de l’homme d’affaires américain qui, au début du XXe siècle, a ouvert à Londres un grand magasin qui devait révolutionner les habitudes de consommation des clients.

Serial killers et violence

Dexter a fait des émules : toute une galerie de serial killers débarque à la télévision américain. Si vous  tremblez encore devant la saison 2 d’American Horror Story et son personnage de Bloody Face (père et fils) qui dépèce les jeunes femmes, vous aurez également le choix entre les monstres Norman Bates et Hannibal Lecter, mais aussi Joe Carroll et ses imitateurs dans The Following, la nouvelle série de Kevin Williamson (Scream, Dawson’s Creek)…

la très attendue Hemlock Grove, produite par Netflix (jusque-là site de VOD) qui, pour la première fois, mettra en ligne en même temps les 13 épisodes de la première saison (en avril prochain)…

ou encore l’intrigante Cult dont on vous laisse découvrir la bande annonce (mi février, sur The CW).


Au point que l’industrie américaine de la télévision s’interroge de plus en plus ouvertement sur son degré de responsabilité, à l’heure où les massacres dans les écoles et autres lieux publics se mutliplient.

Le reflet de notre société

En plein débat sur le mariage pour tous, Télérama nous rappelle cette semaine que les séries font souvent office de révélateur de l’évolution de notre société et accompagnent dans le même temps l’évolution des mentalités sur bon nombre de sujets, l’homoparentalité notamment. Si Desperate housewife n’a ainsi pas inventé le concept de la femme de 40 ans et plus, elle a contribué à rassurer toutes les femmes du monde que, passé cet âge, rien n’est fini !

Génériques en preview

Vous doutiez de l’importance des génériques ? S’ils sont toujours un concentré de la série, ils sont également aujourd’hui de plus en plus partagés sur Internet avant même la diffusion de la série, comme matériel promotionnel à part entière.

Cette semaine, nous avons ainsi pu voir le générique de Vikings, la nouvelle série de Michael Hirst (The Tudors, Camelot), sur le règne du roi viking Ragnar Lothbrok. Au casting : Travis Fimmel et Gabriel Byrne, notamment. (Dès le mois de mars sur la chaîne History.)

Autre générique en preview cette semaine : celui de la série The Americans, créée par Joe Weisberg – deux espions du KGB s’installent en famille aux Etats-Unis au début de la présidence de Reagan et en plein dans la Guerre Froide. Un casting qui réunit Keri Russel et Matthew Rhys, un pilote qui sera diffusé le 30 janvier sur FX, et un générique qui n’est pas sans rappeler celui de Homeland.

Génériques en analyse

Et pour poursuivre la réflexion, plongez-vous dans l’excellent ouvrage d’Eric Vérat : Génériques ! Les séries américaines décryptées, qui passe au crible cet objet particulier, de sa conception à sa postérité dans la culture populaire.

Photos en preview

Sur le même principe, en version « papier » – années 60 obligent – des images du tournage de la saison 6 de Mad Men ont circulé sur les réseaux sociaux, cette semaine. Des clichés en noir et blanc à l’esthétique et à la mise en scène particulièrement travaillées. De quoi entretenir la ferveur des inconditionnels de la « marque » Mad Men, jusqu’en avril prochain…

 

 

Produit de consommation courante

 

Dis-moi comment tu regardes ta série et je te dirais qui tu es ? C’est en substance ce que nous dit Pierre Langlais (Têtes de séries) qui, partant du principe que cette dernière devient de plus en plus un produit de consommation courante dans les foyers français, a défini une typologie du « mangeur de série ». Chez Sémiosine, nous avons fait un petit sondage autour de nous. Résultat : plutôt des « réglos déréglés » », quelques « connectés glouton », une « occasionnelle » mais aucun « je-m’en-foutiste » ! Et vous, quel mangeur de série, êtes-vous ? Faites le test !

Séries et street marketing

Aux Etats-Unis, les séries sont devenues de véritables marques avec identité, logo et stratégie de communication bien rodée. Cette conception commence à s’imposer sur le vieux continent. En avril dernier, pour le lancement de la chaîne TNT aux Pays-Bas,  un dispositif de street marketing intitulé « Push For Drama » avait ainsi été mis en place. Il invitait les passants à presser un bouton rouge qui déclenchait un enchaînements  d’actions dramatiques étourdissantes. Viralité de la vidéo garantie…

Devant le succès, TNT a décidé d’en remettre une couche, et de surenchérir dans le spectaculaire.

Défictionnalisation

Autre opération qui a attiré notre attention : Golem13 nous apprend qu’un programme immobilier inspiré de la rue de Desperate Housewives, « Wisteri Lane », est en construction en Belgique…

La chaîne NBC et le fournisseur Quill vont encore plus loin : la marque Dunder Mifflin, tout droit sorti du scénario de The Office  est en vente sur le site du fournisseur d’accessoires de bureau. D’après le magazine Influencia, cette opération marketing  « a tellement bien fonctionné qu’elle a même débouché sur la création d’une gamme de produits estampillés « The Office », marketés sur l’autel de slogans inspirés des réflexions cultes de la série » #Sucessséries.

campagne de pub The Office

 

À la semaine prochaine !

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Chez Sémiosine, nous concevons la sémiologie avant tout comme un prisme d’analyse pour décrypter les images et les récits qui nous entourent et structurent nos imaginaires socio-culturels.

Leave a Reply





Faire le tri dans la profusion des images qui nous interpellent chaque jour et analyser celles qui nous semblent les plus signifiantes, telle est l’ambition de ce blog dédié à la sémiologie de l'image. On y parle publicité, marketing, storytelling, cinéma, séries, design, illustrations, typographie, packagings, transmédia… Une seule envie réunit les différents rédacteurs qui participent à Sémiosine le blog : comprendre un peu plus le monde dans lequel nous évoluons.
Bonne lecture !

Pour la petite histoire...



. Grazia, 11 octobre 2013 : "Attentat à la candeur", de Laureen Parslow.

. Sport&Style, supplément de L'Equipe n°21449, 6 avril 2013 : "Nom d'une griffe", de Claire Byache - article sur les noms made in France

. Le Soir, édition du 13 mars 2013 : "Le Harlem Shake, un carnaval anti-crise ?" de Julie Huon.

. Le Figaro, "Pourquoi le "Harlem Shake" est un phénomène viral", d'Emmanuelle Germain (12/03/2013).

. Sport&Style, supplément de L'Equipe n°21323 : dossier "Made in Swiss", de Claire Byache.

. Okapi n°949 : article "Les reprises, c'est tendance", d'Agathe Guilhem.

. France 3, juillet 2012, interview sur le time-lapse pour le 12/13.